5 septembre 2017

Sur la violence dans la Bible et le Coran

 Le miracle confié par Jésus à Muhammad…par Charybde
© Droits réservés

[Image d'une tragédie biblique: le prophète Elysée (Alyasa' dans le Coran) fit déchiqueter 42 petits enfants juifs par un ours parce que ces derniers s'étaient moqués de sa calvitie…]
Le miracle consistait à "réécrire" l'essentiel de l'Ancien Testament, toutefois délesté de toute la violence et l'immoralité inouïe que l'on y trouve, si l'on se réfère à l'article de Marc publié récemment dans ce journal et offrant un point de vue chrétien, courageux, sur la question (1).
Le point de vue musulman et coraniste proposé ici (il est question du Coran  et non pas des 700 000 racontars ("hadith")(2) à son sujet) permet d'éclairer la question puisque, justement, un tel déchaînement de violence  est, ces temps-ci, systématiquement et savamment occulté au moment même où des érudits, voire des "philosophes" aux cheveux dans le vent et pseudo-athées, prétendant "penser l'islam" (sic), dénoncent à tout va "la violence du Coran".
Comprendre la nature de Dieu en comparant la violence de l'Ancien Testament à celle du Coran
En effet, que représentent les 70 versets jugés violents de ce dernier (sur 6236 versets au total) en regard des près de 1400 versets violents de la Bible; pas seulement en quantité mais, et surtout, en qualité ? Vraiment, le Coran contient-il une seule mention d'horreurs et aberrations comme les suivantes:
-celles mentionnées dans l'article de Marc (1) ?
-les exploits de David, massacrant à la scie, à l'aide de haches ou encore procédant à la crémation au moyen de fours à briques (sorte de "shoah", donc) un peuple comme les Ammonites (Livres de Samuel) ?
-le premier attentat-suicide l'Humanité commis non loin de Gaza par l'illustre Samson et dont le nombre officiel de victimes civiles fut de 3000 Philisto-Palestiniens (Livre des Juges), soit un chiffre voisin de celui du 11 septembre 2001 à New York 3000 plus tard ?
-les violences faites aux femmes enceintes: "Menahem frappa Thiphsach et tous ceux qui y étaient, avec son territoire depuis Thirtsa; il la frappa parce qu'elle n'avait pas ouvert ses portes, et il fendit le ventre de toutes les femmes enceintes." (2ème Livre des  Rois 15:16) ?
-la violence domestique: "En ce jour-là, Deborah chanta ce cantique, avec Barak, fils d'Abinoam […] D'une main elle a saisi le pieu, Et de sa droite le marteau des travailleurs; Elle a frappé Sisera, lui a fendu la tête, Fracassé et transpercé la tempe. Aux pieds de Jaël il s'est affaissé, il est tombé, il s'est couché; A ses pieds il s'est affaissé, il est tombé; Là où il s'est affaissé, là il est tombé sans vie. […] "Périssent ainsi tous tes ennemis, ô Éternel!"  (Livre des Juges 5:1-31) ?
-les nombreuses scènes de lapidation ?
-des attentats à la "voiture-bélier" (à l'époque, il s'agissait de chars mais l'objectif et le résultat restaient les mêmes: semer la terreur au sein des populations civiles) ? Pour ne citer que deux petits exemples car ils sont nombreux: 1-"Je les broie comme la poussière de la terre, Je les écrase, je les foule, comme la boue des rues." (Livre de Samuel);  2-"Voici, je vous écraserai, Comme foule la terre un chariot chargé de gerbes." (Livre d'Amos)
Le "mode opératoire" de DA'SH est d'inspiration vétéro-testamentaire, pas coranique
De qui se moque-t-on ? Les "islamologues" des plateaux de télévision ne diront jamais que le "mode opératoire" (sic) du terrorisme CIAslamique d'un groupe comme DA'SH est décrit en long et en large non pas dans le Coran (qui, comme dans le Jaïnisme, interdit d'écraser des insectes – Sourate des Fourmis) mais paradoxalement dans la Bible (A.T.). Au passage, et dans une perspective végétarienne, il faudrait aussi mentionner la litanie de massacres d'animaux (et leur torture gratuite comme celle qui consistait à systématiquement leur "briser la nuque" (sic)) dans le même Livre….
Ainsi, Si l'on devait établir de manière scientifique un parallèle entre la violence du Coran et celle de la Bible, tant sur les plans quantitatif et qualitatif, l'entreprise reviendrait à comparer, respectivement, et pour reprendre une image évangélique, un fétu de paille à une poutre….
L'absence de réponse des musulmans à un tel tour de passe-passe en mondiovision s'explique par le fait que, plus encore que les chrétiens, leur immense majorité ignore tout de la violence et de l'immoralité de l'Ancien Testament et, pire encore, n'éprouve aucun désir d'en savoir davantage…. Les musulmans tendent ainsi la joue à leurs obscurs blasphémateurs pseudo-athées (pour ne pas dire "sionistes athées") lesquels ne cessent, pour des raisons de conjoncture géopolitique, de diffamer la religion des premiers en répétant partout que son livre sacré est fondamentalement violent …
Combien de morts au total dans la Bible ?
Les divers auteurs de la Bible font eux mêmes mention de plus de 2,8 millions de morts. Leurs chiffres donnés avec précision ont été compilés par un chercheur qui propose également, à partir d'une évaluation au cas par cas, de considérer plutôt le total de 25 millions de morts. En effet, de nombreux massacres ou tueries "ordinaires" sont signalés tels quels, sans chiffres. Son livre est intitulé "Drunk with Blood. God's Killings in the Bible" ("Saoul par l'abus de sang. Les massacres voulus par Dieu dans la Bible"). Par exemple, 1 million de d'Ethiopiens furent supprimés de la surface de la Terre par l'Israélien Asa (2ème Livre des Chroniques)…
D'une manière peu remarquée, le Coran a effacé ou considérablement  "révisé à la baisse", non seulement la violence mais aussi l'immoralité, par exemple celle liée au sexe. Le Coran parle naturellement et sans honte de ce dernier mais à aucun moment ne sombre dans la p-graphie, qu'il condamne par ailleurs clairement (et correspondant à sa forme moderne et technologique contemporaine) dans la Sourate de la Lumière. Par exemple, on y lit que la femme est "un vêtement pour l'homme et l'homme un vêtement pour elle…" (Sourate de la Génisse).  Il y a bien quelques "batailles rangées" mais pas de massacres ou génocides menés par un Moïse ivre de sang à la tête d'une armée de 600 000 hommes… Non, dans le Coran, Moïse devient un modèle de prophète guerrier parfait…
L'immoralite en mondiovision "à la face du soleil" d'Israël…
Quant au roi David dans le Coran, il est loin d'être, comme Moïse ou Josué dans la Bible, un amateur de génocides ou encore un personnage adultérin allant jusqu'à assassiner son général d'armée Urie pour lui prendre sa femme Bath Sheba (2ème Livre de Samuel). Rappelons que, dans la Bible, Dieu punit David en l'humiliant publiquement. Il lui fait savoir par Nathan qu'il fera violer ses femmes en public ("en présence de tout Israël et à la face du soleil" dit le texte) par un homme de son entourage (loc. cit.). Par la même occasion, la p-graphie venait d'être inventée "officiellement"….  
Le comble de l'immoralité, c'est que c'est Absalom, le fils de David, qui sera l'"homme de son entourage" qui couchera avec elles à la face du soleil d'Israël…: "On dressa pour Absalom une tente sur le toit, et Absalom alla vers les concubines de son père, aux yeux de tout Israël" (2ème Livre de Samuel)
L'idéal moral et "révisionniste" du Coran
Par un contraste total, dans le Coran, David devient un prophète à part entière dont les Psaumes sont même considérés comme parole divine ("wa atayna Dawuda zabura"). Le Coran, tout comme il l'a fait avec tous les déchaînements de violence gratuite constituant une grande partie de la Bible, "corrige" également un autre épisode majeur, celui de Sodome et Gomorrhe dans lequel Loth dit aux violeurs qui font irruption: "Tenez, prenez mes filles et faites ce qui vous plaît avec". Il s'agit d'"histoires pas très morales" comme le montre Christine Pedotti dans son livre "La Bible racontée comme un roman" (4).
Voici la version "épurée" par le Coran: "Quand nos messagers arrivèrent chez Loth, ils furent maltraités, et il fut embarrassé par leur présence. Mais ils dirent : « N’aie aucune crainte, et ne t’inquiète pas. Nous te sauverons ainsi que ta famille, excepté ta femme ; elle est condamnée à un sort funeste" (Sourate de l'Araignée).
Dans le Coran, il n'est fait aucune mention d'un Salomon ayant "700 princesses pour femmes et 300 concubines" (sic)(1er Livre des Rois) mais d'un roi effectivement sage nourrissant, et pour reprendre la leçon de Jésus  sur toute pensée potentiellement adultère, le simple désir de voir la Reine de Saba se soumettre au Dieu, Unique, Celui de l'Amour Miséricordieux (Ar-Rahman), Celui qui dispense Son Amour Miséricordieux aux Mondes (Ar-Rahim)...
Si Alyasa', cité comme modèle prophétique, correspond bien à l'Elysée de la Bible, alors le Coran, poussant le "révisionnisme" toujours plus loin, veut "ignorer" que l'Ancien Testament le décrit comme l'assassin de 42 petits enfants juifs qui avaient commis le "crime" de railler sa calvitie:
"Ils lui disaient: Monte, chauve! monte, chauve ! Il se retourna pour les regarder, et il les maudit au nom de l'Éternel. Alors deux ours sortirent de la forêt, et déchirèrent 42 de ces enfants" (2ème Livre des Rois)
Enfin, que dire d'Elie (Ilyas) en qui certains Chrétiens ont cru voir la figure annonciatrice de Jésus ? En effet, le prophète égorgea lui-même 450 prêtres en raison de leur adoration d'un autre dieu que Dieu" (1er Livre des Chroniques)…. Ailleurs, un Grand Prophète juif ne craint pas la contradiction quand il s'exclame: « Maudit soit celui qui éloigne son épée du carnage » (Livre de Jérémie)…
Conclusion
Par conséquent, il apparaît que tant le Coran (comme Dernier Testament) que les Evangiles (Nouveau Testament) comportent tous deux des traces de la violence transhistorique de l'Ancien Testament. Pensons par exemple à la lutte des premiers musulmans avec les infidèles, à l'Apocalypse de Jean ou encore ou à la Parabole des Talents (Mines) attribuée à Jésus et dans laquelle ce dernier use d'un vocabulaire guerrier ("égorgez mes ennemis devant moi…" in Luc), quand bien même symbolique.
Question: Jésus a-t-il volontairement laissé à Muhammad la tâche immense, et par là miraculeuse, de "réécrire" l'Ancien Testament, en l'épurant de sa violence et de son immoralité?
***
SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES:
(1) Massacres bibliques: le Dieu de la Torah est-il le Dieu de Jésus ? 01 septembre 2017
 2-Coranisme, impérialisme et Hadith. 30 septembre 2016.
3-Livre de Steve Wells: "Drunk with Blood. God's Killings in the Bible" ("Saoul par l'abus de sang. Les massacres voulus par Dieu dans la Bible")

4-Livre de Christine Pedotti : "La Bible racontée comme un roman"

 AJOUT DU 26/10/2017: Cet article et le précédent ont donné lieu à un échange dont voici le lien: http://markglogg.eu/?p=2008
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy